Monday, September 27, 2004

Photos de l'Élysée

Donc, le fameux Palais de l'Élysée, à coté des... champs Élysée, surprise, surprise!

Je n'ai pas les détails historiques avec moi, mais je vous laisse les images :)

Les policiers qui encadraient le tout, et on en voit qu'une partie
Les policiers qui encadraient le tout, et on en voit qu'une partie
La file de monde, des deux cotés de la rue, à perte de vue
La file de monde, des deux cotés de la rue, à perte de vue
Les panneaux détaillant le temps d'attente
Les panneaux détaillant le temps d'attente
C'est moi, dans la cour intérieure, devant la facade du château
C'est moi, dans la cour intérieure, devant la facade du château
La Garde Républicaine en uniforme d'honneur
La Garde Républicaine en uniforme d'honneur
L'escalier qui mène au bureau du Président
L'escalier qui mène au bureau du Président
La Garde Républicaine qui est partout partout partout ;)
La Garde Républicaine qui est partout partout partout ;)
La fontaine du jardin
La fontaine du jardin
Le Salon des Ambassadeurs
Le Salon des Ambassadeurs



Le bureau du conseil des Ministres
Le bureau du conseil des Ministres
Et moi comme ministre
Et moi comme ministre
La salle de réception. Grandiose!
La salle de réception. Grandiose!
Le plafond de la salle
Le plafond de la salle

Une table pour des repas officiels... l'argenterie qui crée la convoitise par magie
Une table pour des repas officiels... l'argenterie qui crée la convoitise par magie


Week-end à Bordeaux

Et oui, le grand voyageur finit dans la région du vin :)
Non, je n'ai pas essayé de tous les goûter, il y a des milliers de vignobles dans la région ;)

J'ai fait de belles découvertes, et passé du temps avec une soeur de Montréal.

Cette soeur est en stage à Bordeaux pour au moins 9 mois et je suis allé la voir, histoire qu'elle ne s'ennuie pas trop ;) Nous avons passé le week-end ensemble.
Nous avons visité une boutique qui ne vend que du vin de Bordeaux, et qui a une méchante collection sur quatre étages. Il y avait des bouteilles derrière une vitre qui se vendent pour des milliers d'euros.
Nous nous sommes donc fait donné un cours rapide sur le vin bordelais. Je sais maintenant que le Cabernet Sauvignon est un vin fruité, de fruits noirs, qui a un goût plus corsé. Aussi que le vin doit attendre au moins 5 ans avant d'être prêt à être bu (et sa pointe de qualité varie dépendamment de la qualité du cru, qui change à chaque année). Le vendeur nous parlait de la différence entre le vin de Californie et d'Australie (un vin adapté au goût du consommateur), versus le vin de Bordeaux (un vin pour lequel le consommateur doit adapter ses goûts). J'ai appris que la famille Rothschild met une oeuvre d'art sur l'étiquette de son grand vin (Le Mouton Rotschild) et les change pour chaque année de cru... on peu voir du Picasso sur sa bouteille!
Le vendeur nous a donné une carte de la région, avec toutes les appellations contrôlées, etc. C'était super!
En soirée, nous nous sommes retrouvés au Café BD. Il sagit d'un concept nouveau et intéressant, où le café offre une sélection de BD à lire. Ils demandent aux gens de leur redonner les BDs lues et compilent des statistiques. De plus, ils invitent des auteurs à venir rencontrer les fans et ils ont plusieurs planches exclusives faites par les auteurs pour cette occasion. La sélection est en plusieures langues et inclut des BDs autant européenes, qu'américaines, que japonaises. Mon amie lisait Rourouni Kenshin (un grand classique du manga japonais) à ma suggestion, et je lisais les premiers épisodes de X-Men après sa reccomandation.
C'était une belle soirée.
De retour à l'auberge de jeunesse, la femme qui partageait ma chambre dormait déja, et j'ai essayé de m'installer sans trop faire de bruit. Je suis arrivé, j'ai dormi, je suis parti, sans lui parler :(
L'auberge de jeunesse de Bordeaux est fraîchement rénovée et on ne peut pas lui reprocher quoi que ce soit. Tout est propre et tout fonctionne bien. Ils ont même une boutique souvenir. J'ai vu un cadeau merveilleux, mais j'ai dû me retenir (35 euros, snif :'( ).
Le lendemain, j'ai rejoint ma soeur et nous avons prié ensemblée sur le bord du fleuve. Nous avons lu un peu la Bible et pris le Repas du Seigneur ensemble. Ensuite, nous avons visité un petit peu, avant de retourner chez elle. Sa coloc nous a amené chez ses parents pour un repas très bien. Il y avait des lentilles, des pois chiches, des côtes d'agneau, du riz. Le vin était "La Bergerie" Rotschild, duquel je n'ai rien à redire. Au dessert, il y avait une bonne sélection de fromage.
Après beaucoup de longues discussions relaxantes, nous sommes allés en auto dans "l'entre-deux-rives", et avons pris une marche dans une vigne, en plus de profiter du paysage.
Au retour, le traffic était douloureux, et il y a eu un risque de manquer mon train. Noter conductrice a fait deux-trois petits tours de magie et je suis arrivé à la gare +- 7 minutes à l'avance (donc, pas mal serré), mais sans le temps de faire mes adieux. Le train partait à 20h22, arrivée à Paris à minuit... c'est quand même un bout.
Je ne pouvais pas dormir dans le train, malgré que j'étais épuisé. J'ai someillé pendant de courts moments. J'en ai profité pour rédiger les cartes postales que j'avais achetées.
Photos à venir, soyez patients :)

Friday, September 24, 2004

Hôtel de Matignon et Affaires Étrangères

Je vous parle rapidement de Matignon, sans photos, pour ensuite vous ouvrir les portes de l'hôtel du ministre des Affaires étrangères, communément surnommé "le quai d'Orsay".

L'hôtel de Matignon, résidence officielle du Premier Ministre, commence par un jardin acheté par un Charles-Louis de Montmorency-Luxembourg (moi qui trouvais mon nom un peu long...), avec un jardin et un début de construction. Le Prince de Monaco rachète le tout en 1723 et lui donne son nom. Le bâtiment fut pillé par la révolution, et restauré par un banquier écossais, changea de mains à quelques reprises pour finir racheté par Naopoléon (pour 1 280 000 francs de l'époque!!!). Après d'autres péripéties, l'hôtel devient l'ambassade d'Autrice-Hongrie, pour revenir dans les mains du gouvernement de france, devenir maison du président du conseil et, sous la 5e république, devint la résidence du premier ministre.
L'hôtel du ministre des Affaires étrangères était, à l'origine, la résidence personelle du ministre. Au 20e siècle, le lieu devint un lieu de résidence pour les hôtes officiels et de lieu d'installation temporaire pour les chefs d'états étrangers. On adaptait le décor pour la visite de chaque nouveau dignitaire. Sous la 5e république, c'est l'hôtel de Marigny qui accomplit cette tâche, ce qui retourne le bâtiment à sa tâche initiale. Il sagit maintenant du bureau du ministre, avec des pièces de réception.
L'Escalier principal
L'Escalier principal
Dans le Salon Rouge: un mélange d'art contemporain et de classique
Dans le Salon Rouge: un mélange d'art contemporain et de classique
Le Grand Salon: propre au classique: grands chandeliers, les anges, l'or partout...
Le Grand Salon: propre au classique: grands chandeliers, les anges, l'or partout...
Encore un mélange
Encore un mélange
La salle à manger du ministre
La salle à manger du ministre
Chaque assiette est distincte, un oeuvre d'art en soi
Chaque assiette est distincte, un oeuvre d'art en soi
Petite sculpture dans la Chambre de la Reine
Petite sculpture dans la Chambre de la Reine
La salle de bain de la reine
La salle de bain de la reine
Un bureau dans la chambre de la reine
Un bureau dans la chambre de la reine
Le Salon des Beauvais
Le Salon des Beauvais

La Chambre du roi, maintenant salle de réunion pour le ministre
La Chambre du roi, maintenant salle de réunion pour le ministre
La salle de bain du roi
La salle de bain du roi
Retour au salon rouge
Retour au salon rouge
Le ministre, qui s'adresse aux visiteurs
Le ministre, qui s'adresse aux visiteurs
Le ministre
Glorieuse sculpture du Salon des ambassadeurs
Glorieuse sculpture du Salon des ambassadeurs
La Galerie de la paix
La Galerie de la paix

Thursday, September 23, 2004

Et un peu de variété :)

Aujourdh'ui, j'étais représentant de la socitété pour la fête de la mobilité.

J'ai également mis MovableType à jour. S'il y a des bugs, svp m'en aviser.

Aussi, cette semaine, une grande nouvelle est venue!

J'ai brisé la routine en allant comme représentant de Mobiluck à la fête de la mobilité, qui était organisé par la chambre de commerce de Paris, à l'intérieur de la Bourse du Commerce.
L'intérieur est très particulier, car la place centrale est ciculaire, et la vue sur les bureaux est celle de fenêtres qu'on verrait dans la rue. On dirait qu'il sagissait d'une cour intérieure qui s'est faite rajouter un toit par après.
Le toit en question est une grande verrière, et on peu voir des scènes sur la partie non vitrée. Ces scènes décrivent l'histoire de la France au niveau économique, et donc les colonies y passent ;)
J'ai contacté un prof à Concordia par rapport à un projet de maîtrise, et ce dernier m'a parlé d'un projet qui est très excitant. Ce que je rêvais, plus ou moins ;) Le tout est un projet sérieux, avec des gros joueurs, etc. Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais je fais mes demandes de financement. Il va falloir courrir les références aussi... que de joie!
Enfin, je vois clairement que la recherche, pour le moment, est la direction à prendre dans ma vie. Je ne me sens pas prêt à faire du développement comme carrière.

Monday, September 20, 2004

Célébrations et Visites

Oh là là que j'ai des choses à raconter...

J'ai célébré un anniversaire, passé du temps avec des amis, visité Paris...

Mercredi, je suis allé à la FNAC pour acheter un cadeau pour un frêre. J'en ai profité pour me prendre un CD à rabais de Vivaldi, avec les Quatres Saisons, le Concerto pour 3 Violons et le Concerto pour 4 Violons, interprétation par le London Chamber Orchestra, sous Virgin Classics. Ahhhhhhh que c'est délicieux. Un achat que j'aurais dû faire il y a longtemps.
Donc, jeudi midi, j'étais dans le mini-jardin du bureau, et je mangeais avec les gens d'une autre société. Il ont sorti le champagne pour célébrer leur 1er anniversaire. Si j'ai bu du champagne avant, je n'en ai aucun souvenir. Je considère donc qu'il sagit de ma première coupe de champage! Quel pétillant suprenant! J'ai bien dû me retenir d'en prendre un deuxièmme verre :) (après tout, je coderais trop mal autrement)
En soirée, j'ai rejoint une soeur qui vit près de Montmartre pour prendre un verre. Panaché pour moi, Monaco pour elle... qu'ils sont bons ces mélanges de bières.
Après un repas dans un petit resto chinois, nous sommes montés sur Montmartre et avons prié en regardant la ville de nuit. C'était merveilleux. Deux hommes nous divertissaient, un jouant des rythmes australiens (avec un bilabong, bien sûr), l'autre jonglant avec le feu (une torche au bout d'une corde... spectaculaire).
Vendredi soir, c'était l'anniversaire d'un frère et j'était là pour célébrer. Nul besoin de mentionner que j'ai amené du panaché ;) C'était une soirée simple et agréable. Au retour, l'autobus avait 35 minutes d'attente :( J'en ai pris un autre, et j'ai manqué mon métro... j'ai donc décidé d'attendre ledit autobus. Je me suis retrouvé en compagnie d'un homme et une femme en état d'hébriété avancé (sans le moindre doute là-dessus). Disons qu'elle m'a saluée en criant à tue-tête. J'ai fait de mon mieux pour ne pas juger ni rejeter. Un quelque chose me donnait l'impresion que je faisais face à une personne possédée... serais-ce le pendentif qu'elle avait, son comportement, mon cerveau fatigué? Aucune idée.
En tout cas, il est temps de parler des journées européennes du patrimoine. Il sagit , bien que j'ai d'un événement où, durant une fin de semaine, on célèbre la culture et le patrimoine. Pour l'occasion, tout plein de lieux sont spécialement ouverts au public.
Le samedi matin, je me suis réveillé à 6h00 pour aller au palais de l'Élysée. Il y a toujours des files d'attentes, et un frère y allait vers 5h30, et je l'ai rejoint dans la file. Les portes ouvraient à 10h00. Vers 9h30, il y avait une file sur les deux cotés de la rue, pratiquement jusqu'à la place de la Concorde. Nous étions parmi les premiers. Les gendarmes de la Garde Républicaine ont un uniforme d'aparrat vraiment beau. Je me demandais si ce n'était pas un corps d'armée spécial, un peu comme les musiciens du Gouverneur Général. Nous avons vu l'escalier qui mène au bureau du Président, ainsi qu'une aile de l'édifice. Que c'était splendide. Un vrai bijou de l'ère du Roi Soleil. Historiquement, ce château fut commandé par le Compte d'Evreux, et fut racheté pour le roi par Madamme de Pompadour. Après quelques détours, le chateau devient résidence de Napoléon, puis finalement assigné comme résidence officielle du Président de la République.
L'intérieur rivalise presque avec Versailles, tellement c'est beau et riche. Je vous montrerai des photos. La salle dédiée au conseil des Ministres est superbe, mais la plus belle est la Salle des Fêtes. La table qu'ils ont dressé rendra jaloux Bill Gates. L'argenterie était délectable.
Une fois sortis, nous sommes allé au Ministère des Affaires Étrangères. Ici, on voyait le luxe de l'Élysée, en plus petit, mais avec un mélange avec l'art classique et l'art contemporain, avec des photographies, de l'art abstrait, etc.
La Chambre de la Reine et la Chambre du Roi ont été construites pour la visite des monarques britanniques dans les années 30... et les chambres sont belles et bien à part! L'endroit n'est plus utilisé pour héberger les dignitaires étrangers, et sert de gros bureau pour le Ministre. Nous avons pu serrer sa main, et il invitait les gens à visiter son bureau. Il nous parlait (presqu'en rêvant) d'une des salles dans l'édifice, où un homme célébre (surnommé le fondateur de l'Europe) avait fait un discour célèbre. Il a demandé à son attaché de faire en sorte qu'on puisse voir la salle comme au moment de ce discour, particulièrement avec un petit cheval au centre. On dirait qu'ils ont pris du temps pour mettre en oeuvre la requête, car je n'ai pas vu de petit cheval.
Ensuite, j'ai attendu un bon bout pour aller à l'Hôtel de Matignon, résidence du Premier Ministre. Attente peu jusifiée, car le tout est pas très grand, et les photos étaient interdites pour fins de sécurité. Il y avait un responsable qui avait un peu le look "Agent Smith" (référence au film La Matrice), avec son fil qui sortait de l'oreille et son regard vif sur la foule.
Il y avait, dans le jardin, une exposition de sculpture moderne sur le thème "Dix commandements pour un nouveau millénaire" (de Anilore Banon). Les sculptures étaient belles... mais vous savez que je ne suis pas fan de l'art abstrait.
Les scultures étaient: Tu ne tueras pas en mon nom; L'enfant, tu respecteras; Tu ne diffameras pas; L'autre, tu respecteras; La mémoire, tu transmettras; La science, tu ne détourneras pas; L'équilibre, tu retrouveras; Les poisons, tu refuseras; L'injustice, tu combattras; Responsable, tu seras.
Après avoir fait des courses, je suis allé me reposer dans un jardin à proximité du Jardin du Luxembourg. Je voulais aller à l'Observatoire de Paris, mais ils ne prenaient pas de visiteurs. :(
Le dimanche, après avoir célébré le Repas du Seigneur chez un frêre, je suis allé à l'Opéra de Paris. Beaucoup de marbre et de sculptures, peu de tableaux, dans l'escalier et le Hall. Les pièces adjointes sont plut proches de l'Élysée. Il y avait les Lycées professionnels qui flottent autour de l'Opéra qui faisaient des démonstrations... orfèverie, gravure, costumerie, etc. Tout plein de choses que je ne ferai jamais très bien avec mes mains pleines de pouces.
Ensuite, je voulais aller à l'Observatoire, mais il y avait une longue file d'attente qui n'avançait pas. J'ai décidé d'aller au Sénat à la place. J'ai passé par le Jardin du Luxembourg, qui est vraiment bien. La marche entre Port Royal et Luxembourg est très calmante.
Après avoir passé au travers du Sénat, je suis allé à l'Église St-Paul St-Louis... une ancienne cathédrale Jésuite, dédiée à Louis 14, connu pour son zèle intempestif pour le catholiscisme. J'ai apris que les Jésuites étaient installés dans un quartier de noblesse et agissaient comme conseillers spirituels et confesseurs des rois et autres nobles. Il étaient connus pour prêcher beaucoup et pour faire beaucoup d'effets spéciaux, histoire de captiver les nobles, habitués au théâtre. Le curé présentant l'histoire des Jésuites nous disait que, durant le carême, le seul divertissement qu'il restait aux nobles était le sermon. Plusieurs allaient donc d'un sermon à l'autre durant cette période, histoire de ne pas trop s'enuyer... C'est dur à concevoir. Il y avait des tensions entre la paroisse et les Jésuites, certains curés allant jusqu'à combattre à mains nues les Jésuites qui venaient chercher les cerceuils de gens ayant désiré d'être enterré chez eux... fou! Ensuite, il y a eu une guéguerre entre les Jésuites et les Jansénistes. Bref, l'histoire Jésuite est marquée par de la magouille politique et des tensions avec d'autres branches du catholicisme (ils ont été expulsé de France sur ordre papal pendant un bout de temps quand même). J'ai apris que les Jésuites était le seul ordre qui prononçait 4 veux: chasteté, pauvreté, obéissance, et obéissance au Pape, les ordres standards n'exigeant que les trois premiers.
Dans la cathédrale, il y avait un bon concert. 5 choristes, 1 basse, et un clavecin, jouant des airs de Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), qui a composé des acompagnements musicaux pour Molière. Nous avions au programme: Méditatiosn pour le Carême, Le Reniement de Saint-Pierre, Dialogue entre Madeleine et Jésus et Transfige dulcissime Jesu.
J'ai bien aimé un solo durant le Reniement de Saint-Pierre (au 1er ou au 2e mouvement, je ne suis pas trop sûr). Le Dialogue était bien réalisé et j'ai découvert ce style... je me demande si d'autres compositeurs ont sû l'exploiter.
La dernière pièce, au premier mouvement, me faisait vraiment sentir céleste. Je me fermais les yeux et j'imaginais la Transfiguration avec cette musique de fond...
J'ai des tonnes de photos, il vous faudra avoir un peu de patience. Je vous donnerai plus de détails historiques avec les photos également ;)

Tuesday, September 14, 2004

Et d'autres cotés surgissent

Semaine retour en enfance, si on veut...
La situation à Paris amène à réveiller ou faire pousser des côtés de mois que je ne connaissais pas...
Tout comme un enfant découvre qu'il sait quelque chose ;)

Au travail, beaucoup d'énergie investie dans une solution technique qui s'avère impossible durant toute la semaine.
Il a fallu s'occuper des détails pour engager un nouveau stagiaire dans mon équipe et mes deux consultants en amérique du nord. Je n'adore pas trop la gestion de projet, honêtement. J'imagine que j'ai encore des choses à développer au niveau relationnel avant de me sentir à l'aise pour dire aux gens quoi faire et tout et tout.
Samedi soir, je suis allé chez des frères. C'était une soirée pizza et DVD. Nous avons regardé "Les enfants de Dune", qui était pas mal. C'est bizarre comment l'auteur parle d'un seul homme, prédestiné, qui doit se sacrifier pour le bien de l'humanité...
Dimanche, le culte de l'église était dans de nouveaux locaux dans un centre de congrès... que c'était superbe! J'ai prêché avant le repas du Seigneur. Après un repas sympatique dans un restaurant chinois à Place d'Italie, je suis allé chez un frère et j'ai regardé les 8 premiers épisodes des Mystérieuses Cités d'Or. J'adorais cette série quand j'étais jeune, et ce frêre à la série au complet sur DVD! Commentaire rapide: les restaurants chinois à 5,50$ sur Ste Catherine me manquent!
En soirée, j'ai apellé une soeur de Genève et on s'est racontés nos vies, comme nous le faisons toujours :)
Lundi, au travail, j'ai tenté tant bien que mal d'intégrer le nouveau. J'ai une grosse charge de travail et son poste de travail était mal configuré. Perte de temps!

Tuesday, September 7, 2004

c'est bizarre comment ça tombe tout en même temps

Y'en a des meilleures, comme il faut en avoir des pires...

Dure semaine au boulot. Mon collègue devait partir précipitamment en Inde, ce qu'il a fait.
Rendu au moment de faire le démo à mon patron, il n'était pas satisfait, a noté beaucoup de choses à corriger et à améliorer.
Bon joueur, il remet la prime en jeu plutôt que de ne pas la donner. Il faut dire que le contexte le force à déployer des moyens pour avoir des résultats rapidement. Des compétiteurs sont agressifs, et il y a une offre de partenariat qui nécessite des démonstrations à la "mieux vaut tôt que tard".
J'ai regardé quelques CVs et j'ai fait une entrevue lundi. On a décidé d'engager le gars, finalement. Je n'ai pas aprécié le départ précipité de mon collègue, et j'essaie de voir les plans paliatifs pour que je puisse avoir de l'aide rapidement. À peu près n'importe qui que je trouve sur le marché devra être formé. J'avais un seul candidat avec un peu d'expérience, et il est pris. Former quelqu'un, c'est positif pour l'avenir du projet, mais très négatif pour ce qui est des objectifs à court terme. Histoire d'avoir de la performance à court terme, j'ai contacté quelques personnes que je connais par le 'net qui ont une certaine compétence.
Donc, j'ai pas mal travaillé cette semaine. J'ai dû régler un problème critique qui vient de surgir, qui n'avait pas été détecté dans les tests précédents.
J'ai du fil à retordre pour implémenter une fonctionalité, et ma liste d'options simples se raccourcit. De nouveaux standards à comprendre, etc. J'ai eu des moments plus plaisants.
Question sommeil, j'imagine que le tout n'a pas aidé. J'ai eu de la misère à bien dormir cette semaine. Il faut dire qu'il y avait d'autres facteurs en jeu, donc je ne veux pas tout blâmer sur le boulot.
J'ai passé un peu de temps à traduire une étude qu'un frère de Genève avait fait en anglais. C'est un peu dingue de traduire le travail d'un francophone, mais je sais que sa femme et ses enfants le garde suffisamment occupé. J'essaie de distribuer à Paris des études que j'ai de frères du Québec et de Suisse, histoire de contribuer un peu à la vie spirituelle de l'église. Ma lecture personelle et mes propres recherches avancent à un pas de tortue, mais rien de critique. J'ai trouvé quelques proverbes qui soutiennent ma compréhension première de Luc 16:1-13 (Parabole de l'économe) et j'ai espoir d'écrire quelque chose sur le sujet d'ici la fin du mois. Je ranime un rêve que j'avais eu il y a un certain temps, et j'en dirai plus quand il se réalisera.
Quant à mes préocupations académiques, je n'ai toujours pas eu de réponse de plusieurs à Concordia, et cela me déçoit beaucoup. En faisant une bête recherche sur Google, je découvre un groupe de recherche en Allemagne qui donne un cours précisément sur mon sujet d'intérêt. Cela amène une autre possibilité. Néanmoins, je me laisse une semaine avant de décider si je commence la procédure. D'une manière ou d'une autre, l'option californienne m'apparaît de moins en moins intéressante. Le seul fait de devoir faire l'examen GRE Computer Science d'ici Novembre est assez pour refroidir bien des ardeurs.
Je continue à prier pour que Dieu m'éclaire. J'ai trouvé des passages dans la Bible très inspirants. Je suis confiant que Dieu guidera mon choix, et que les options "évidentes" ne sont pas toujours les meilleures.
Autrement, j'ai passé pas mal de temps au téléphone avec des frères du Québec et ça m'a fait du bien.
Ce dimanche, je suis allé au culte à la Défense. Le Grand Arche de La Défense et tout le secteur est bizarre... c'est un débordement de gros bâtiments de grosses entreprises super modernes. L'arche en tant que tel loge des bureaux et je ne vois pas pourquoi on l'apelle La Défense, car il n'y a pas de référence à l'armée ou quoi que ce soit du genre. Bref, pas trop de photos à prendre. Il y a bien des touristes qui en prennent, mais le "pourquoi" demeure mystérieux.
En après-midi, je suis allé avec un frère et doeux soeurs à la butte-aux-cailles dans un petit restaurant basque manger des super-salades. Imaginez un gros bol d'une trentaine de centimètres de diamètre et une quinzaine de haut, avec de la salade, un peu de jambon, du fromage, de la pomme de terre frite, etc. Miam!
Ensuite, nous sommes allés dans un parc à proximité de Place d'Italie et avons papoté, beaucoup de nos pays respectifs.
Par après, je suis allé voir le film "Le Village" avec une des soeurs et j'ai vraiment aimé. L'auteur a su bien dérouler l'histoire de manière à ce qu'on comprenne tout sans trop dévoiler de punch. Le film montre bien l'isolation et la manipulation, et pose donc la question... quels mensonges et sacrifices sont acceptables pour le bien de la prochaine génération?
Personellement, je crois que les anciens du film ont simplement fuit la réalité et le monde, plutôt que de combattre le bon combat et y amener de la lumière. Leurs souffrances les a amené à douter de leur impact sur les gens, et ils ont abandonné, on dirait. J'étais déçu du manque de caractère religieux de la vie de la communauté. On dirait qu'ils imitaient les colons quaker et autres, et les thèmes religieux surfacent sans être vraiment exploités. Cela aurait permi de raffermir l'intense dichotomie entre le rêve des anciens et le mensonge qu'ils devaient entretenir.
On peut voir à quel point l'opinion d'une jeune personne peut être si solidement enraciné par l'éducation. Ça illustre bien comment une nouvelle génération peut être convaincue de XYZ (que ce soit une doctrine religieuse particulière, ou une conception du monde, ou quoi que ce soit d'autre) sans se poser de question.
Dans le cas du film, on voyait les jeunes qui montaient la garde, protégeaient les frontières, avec des convictions profondes et réelles qu'un ennemi mystérieux pourrait passer à l'attaque à tout moment.
J'espère que, admettant que Dieu me bénisse d'une famille, Il me bénisse également de la sagesse d'éduquer mes enfants avec la capacité de tout remettre en question (pacifiquement), analyser critiquement, et de bâtir leurs convictions. Il serait innaceptable qu'ils croient en Dieu "parce que mon père me traînait à l'église depuis que je suis tout petit". Je crois que les gens aptes à remettre en question une doctrine (tout type de doctrine et vision de la réalité... incluant particulièrement la sphère politique) proposée sans cynisme, ni déconstructionisme, ni rage se feront de plus en plus rares dans les temps à venir, et que cette capacité sera donc de plus en plus précieuse.
Toute médaille a ses deux cotés, et la réalité est telle un diamant dont on ne peut voir toutes les facettes à la fois. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut en regarder qu'une seule...
Je philosophe, c'est comme ça ;) Ne me demandez pas de parler des parallèles spirituels entre Spider-Man 2 et la vie de foi :P :)