Sunday, December 26, 2004

Photos de l'Opéra de Paris

Voici, voilà! Le splendide Opéra de Paris, un autre chef-d'oeuvre de la monarchie.

Il fallait bien que les riches se distraient un peu, après tout...

Désolé pour le retard, j'avais simplement oublié de publier cette entrée.

Les grands escaliers
Les grands escaliers
Voyez la qualité du détail sur ces sculptures
Voyez la qualité du détail sur ces sculptures
Et cette fameuse statue au sous-sol
Et cette fameuse statue au sous-sol

Statues à l'intérieur, amenant à la salle centrale de l'opéra
Statues à l'intérieur, amenant à la salle centrale de l'opéra
L'intérieur est majestueux et super-dimensionné
L'intérieur est majestueux et super-dimensionné
Et une bibliothèque ici aussi
Et une bibliothèque ici aussi
 Une gallerie aux mirroirs
Une gallerie aux mirroirs
Et une autre grande salle, celle-ci menant au balcon
Et une autre grande salle, celle-ci menant au balcon
De la dorure partout, bien sûr
De la dorure partout, bien sûr
Et un bon budget en peinture :)
Et un bon budget en peinture :)
Le balcon. On voit un buste doré au fond
Le balcon. On voit un buste doré au fond
De retour à l'intérieur, vous reconnaissez les statues
De retour à l'intérieur, vous reconnaissez les statues



Vue d'une loge et de l'intérieur de la grande salle
Vue d'une loge et de l'intérieur de la grande salle
Buste doré de Mozart, qui orne le centre au dessus du balcon
Buste doré de Mozart, qui orne le centre au dessus du balcon
Encore des bustes
Encore des bustes
Et la vue un peu plus globale
Et la vue un peu plus globale

Saturday, December 25, 2004

Ahhhhhhhhhhh, ces fêtes

J’ai manqué de temps pour écrire tous les lundis… C’est qu’il en faut du temps pour rédiger quelque chose qui en vaille la peine.

En gros, ce qui vaut la peine d’être dit sur les deux dernières semaines :
- J’ai gardé les enfants de mon pasteur (et j’ai dormi chez lui) du vendredi au dimanche : marathon
- J’ai eu un souper avec les colocs lundi dernier, avec fondue et raclette
- J’ai eu un autre souper avec deux frères mardi dernier, fondue cette fois-ci
- Mini tournoi interne de Tchoukball mercredi
- Activité d’évangélisation « On a volé le sens de Noël » jeudi
- Nous avons célébré Noël chez un couple de l’église, suivi d’une messe à l’église évangélique réformée de Genève (aka église protestante, aka Calviniste)

Avant de m’y mettre, je dois dire que je suis en manque de temps perpétuel. J’ai l’impression de courir après les cadeaux à la toute dernière minute systématiquement. Mon partenaire de labo n’était pas là, et le prof nous a plus ou moins « lâché lousse » pour faire avancer le projet. J’ai dû donc prendre un tas de décisions sur l’architecture de notre robot tout seul, sans consulter mon collègue… genre de chose pas super.
Le prof de temps réel a enseigné une seule heure de son cours, car ce dernier avait un souper de profs, ou quelque chose du genre.
Pour ce qui est des cadeaux, rien d’acheté bien d’avance. N’empêche que je suis heureux de pouvoir acheter ce que je veux donner dans avoir de gros soucis financiers (je fais attention, mais je n’ai pas de panique). C’est quand même le coté sympa de la vie de consultant. J’avais tellement de choses pressantes à régler jusqu’au 23 que l’envoi de cartes à dû attendre le 24. Je n’aime pas être à la dernière minute comme ça. Pendant le temps des fêtes, c’est le moment où je parle au plus grand nombre de gens au téléphone, emails, etc. On me propose des trucs (« viens me rejoindre à Nice », « Tu veux faire un tour à Neuchâtel ? ») Ça me fait plaisir, mais je dois dire non beaucoup plus que j’aimerais. J’imagine que c’est ça la vraie vie adulte, en un sens : concilier, prioriser, organiser son existence. L’enfant s’amuse dans les frontières dressées par ses parents, l’adulte doit tout analyser et dresser des propres frontières, et les ajuster en fonction de l’évolution des choses. C’est seulement en étant capable de le faire pour soi-même qu’on sera capable de le faire pour les autres.
En un sens, je me vois comme étant formé par Dieu pour quelque chose de beaucoup plus grand que je puis l’imaginer. On verra bien ce que le futur me réserve.
Alors, mettons-nous y !
1. Gardiennage !
Ce merveilleux pasteur a 3 enfants. Le plus jeune sait marcher, mais pas vraiment parler encore. Vous savez quel âge c’est, et comment c’est à cet âge-là. « Non, monte pas là », « Non, touche pas ça »…
Je me suis occupé des enfants le vendredi soir, une partie de la journée samedi, avec la maman, samedi soir, et j’ai donné un coup de main dimanche. En plus, la famille se préparait à aller visiter les grands-parents, en plus de préparer le culte spécial de Noël pour l’église. Ça, c’est du sport !
J’ai fait faire une balade au bébé en poussette (vous auriez dû me voir avec une poussette…), fait la lecture aux enfants et tout le tralala. J’ai cuisiné des galettes pour un souper, etc. J’ai quand même pris le temps de cuisiner une belle tourtière pour le repas de Noël après le culte.
Grande leçon d’humilité, à vrai dire. Il en faut de l’amour, du temps, et de l’énergie pour être parent. J’ai encore des croûtes à manger. En allant au culte, mon pasteur me demandait combien d’enfants je voulais. Je lui ai dit que je commencerais par me marier, et que j’aviserai ensuite ! Avant, je me disais que 3 serait bien. Maintenant, je ne sais pas si j’en voudrais un seul ! Enfin, je suis loin d’avoir à décider maintenant, ni même de me marier. Une chose est certaine, c’est qu’il y a des bonnes probabilités que la contraception la première année de mariage sera non négociable. Je ne m’imagine pas après un an de mariage avec un bébé pleurant dans les bras… Selon ce que j’ai cru comprendre, il faut plus d’un an pour un couple à s’harmoniser, il ne faudrait pas avoir le bébé pour exacerber la situation !
2. Souper des colocs
On s’est fait une fondue et de la raclette bien Suisse, avec de la fondue moitié-moitié artisanale fribourgeoise…
La soirée fut agréable, et nous a donné une petite pose entre colocs. Nous ne sommes pas toujours à la maison, et c’est même un peu rare que nous soyons tous ensemble. Le souper était donc bien à propos.
J’ai même réussi à convaincre un des colocs à venir me visiter au Tchoukball mercredi dernier.
3. Souper avec des frères
Un frère marié, profitant que sa femme était déjà partie pour les vacances, avant de la rejoindre, en a profité pour nous inviter à prendre une bonne fondue au restaurant la Cave Valaisanne, à Genève. On s’est pris de la fondue pour 4, un peu de vin blanc, et du temps pour jaser en toute simplicité.
C’était vraiment super, cette honnêteté, cette convivialité. C’est des fondues comme celles-là qui donnent tout le sens au mot « communion fraternelle ».
Aussi, dans le train, j’ai eu une super conversation, bien intime. J’ai même prié pour le mec. Les détails n’appartiennent pas à ce blog, mais je tiens à dire à quel point je suis heureux de toutes ces petites bénédictions.
4. Tournoi interne de Tchoukball
Il y avait une vingtaine de joueurs, assez pour faire 3 équipes. Nous avons vraiment joué beaucoup, et j’étais épuisé à la fin. Il faut dire que je n’étais pas top forme non plus. Le tournoi était amical, pas compétitif, alors personne n’a pleuré quand les points d’un match ne furent pas comptés…
Après, nous sommes allés prendre un gâteau et un verre au bar de l’université, ce qui était très convivial.
Ensuite, des ex-joueuses parties en échange nous ont rendu visite. J’ai parlé avec une d’entre elles jusqu’à 2h30 du matin…
Non, je n’étais pas trop éveillé lors du cours d’automatique du lendemain.
5. On a volé le sens de Noël
J’ai passé quelques heures à offrir des amandes grillées à des gens et à en préparer. La recette est simple : environ 200 g d’amades, 200 g de sucre et 200 ml d’eau, faire légèrement caraméliser le tout, et voilà !
J’ai pu parler avec un étudiant et il s’est montré intéressé à étudier la Bible. J’espère que Dieu me donnera de le recroiser.
Au cumul, c’était bien comme moment. J’étais avec d’autres gens qui croient en Jésus, et qui sont unis malgré les différences de dénomination. Nous faisions un acte de grâce, un don d’amandes, pour représenter un peu le don gratuit de Dieu pour l’humanité, ce don qui s’est incarné à Noël.
6. Célébrations de Noël
Je suis allé chez un couple pour célébrer Noël. Nous avons eu un super souper (ils cuisinent toujours trop !), avec de la crème glacée à la pistache au dessert. Hmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm, pistache…
Nous sommes allés à l’église protestante par après, car certains tenaient à aller à une messe de Noël. Je dois donner deux commentaires un peu superficiels: l’idée de « l’austérité protestante » ne vient pas de nulle part, et le pasteur a besoin de travailler sa technique oratoire. Sinon, j’ai bien aimé le moment du pain et du vin : le pasteur nous a invité dans un grand cercle à l’avant, et il a distribué le pain et le vin pour tous. C’était vraiment inclusif. Ensuite, il nous a donné une bougie et chacun allumait son voisin. Ça forçait tous et chacun à participer dans l’acte de la propagation de la lumière, une représentation par le physique du cœur à partager la Bonne Nouvelle.
Malheureusement, on dirait que plusieurs ne se sentaient pas inspirés en sortant de l’église…
Il y a eu ouverture des cadeaux. Je suis tout content de ce que j’ai reçu. Je suis content des sourires pour ce que j’ai donné.
Le matin, je me suis levé vers 9h00, et j’ai regardé un DVD « Catch me if you can », qui est vraiment bien. Le personnage principal est vraiment un maître du « social engineering ». Ça me donne l’envie de lire le livre de Kevin Mitnick.
Mais, encore une fois, il faut dire non… trop de projets, pas assez de temps.

Wednesday, December 15, 2004

Montres, Tchoukball, Escalade, vous voulez plus Suisse que ça?

Alors là, je vous ai fait un weekend bien Suisse.

Samedi, je suis allé à la vente annuelle d'un horloger Genèvois. Dimanche, ce fut un tournoi de Tchoukball, suivi du culte et du défilé de l'Escalade.

Ensuite, je vous parlerai de ma semaine :)

En passant, j'ai rajouté quelques photos sur Munich. Profitez-en ;)

Samedi.
J'ai pris le bus pour aller chez Charriol, qui faisait sa vente annuelle. Cet horloger vend aussi pas mal de produits de luxe (comme tout bon horloger Genèvois, je dirais). J'ai vu des super-montres valant environ 1800 CHF vendues à 300 CHF! Quant à moi, j'ai choisi une montre à mouvement mécanique (pas du quartz... que de la mécanique) qui était vraiment super belle. J'ai des petits problèmes avec, j'imagine qu'ils seront réglés assez vite quand je la ramènerai au service après-vente.
Evidemment, j'ai regardé les ceintures, bagues, sacs à main, etc. C'était un peu cher, même à rabais, pour faire des cadeaux :( Rien de tel qu'une ceinture à 50 francs pour avoir l'air d'un riche... surtout quand le complet est fermé ;)
Il y avait un peu d'attente pour l'horloger, mais rien de tragique. Ce dernier m'a montré comment remonter la montre, et il m'a enlevé un maillon aussi, car le bracelet était trop grand.
Dimanche.
Le gros de la journée, c'était le tournoi de Tchoukball de Genève. J'y étais jusqu'à environ 14h30. Pour ceux qui me demandent toujours c'est quoi le Tchoukball, voici une petite référence: http://www.tchoukball.ch/index.php?menuselection=2
C'était bien. Il y avait même un équipe d'Autriche au tournoi.
J'étais dans l'équipe "Satellite" (nom du bar de l'EPFL), avec le maillot aux couleurs de Lausanne. J'ai dû jouer environ 5 matchs.
Le niveau est parfois assez haut, avec l'intensité que ça donne. Dès le début, j'avais une douleur au genou gauche (encore et toujours celui-là) et j'ai joué tout le long quand même, mais en régime ralenti. Ce n'était pas moi qui traversais le terrain à toute vitesse pour aller en 2e défense! Je n'attaquais pas trop, faisant surtout des passes, etc.
Durant la pause du lunch, il y a eu la traditionnelle brisée de la marmite de l'Escalade. Ce sont les Autrichiens qui l'ont faite, et ils n'ont pas fait semblant. Les marmites de chocholat étaient en de bien petits morceaux...
Vous pouvez voir un avant/après:
Avant
t_IMG_1328.jpg
Après
t_IMG_1269.jpg
Tout ce sport m'a effectivement épuisé! Ah comme je suis un grand athlète :(
Par après, je suis allé au culte de l'église. La prèche sur Romains 6 était vraiment solide. Je crois qu'il est impossible de lire Romains 6 et de ne pas ressentir qu'il faut un engagement de soi total...
À la fin, les enfants nous ont fait un petit spectacle de Noël qui était bien joué. Tous ont bien ri.
Par après, en attendant le défilé de l'Escalade, nous sommes allés dans un café boire un chocolat chaud et manger une galette. Une fois l'heure, nous sommes allés au défilé.
Donc, qu'est ce que cette "Escalade"? C'est la célébration de la victoire de Genève, le 12 décembre 1602, sur les troupes du Duc de Savoie, qui attaquait la ville (et qui escaladait les murs avec des échelles). Fait cocace: la mère Royaume, une bonne dame de Genève, voyant que des soldats montaient le mur avec un échelle près de sa fenêtre, pris l'initiative de balancer sa marmite remplie de potate sur la tête d'un soldat savoyard... d'où la tradition des marmites pendant la fête de l'Escalade.
Le défilé est impressionant: costumes d'époque, chevaux, porte-torches, musiciens, etc. Le plus gros défilé historique en Europe. Je n'ai pas de bonnes photos, malheureusement, le flash de ma caméra n'ayant pas fourni le niveau de performance attendu :(
Mais, vous pouvez toujours voir par vous-mêmes: http://www.compagniede1602.ch/
De retour chez moi, j'étais épuisé par tout ça, mais je n'ai presque pas dormi de la nuit.
Lundi fut une journée très bénie pour moi. Malgré mon manque de sommeil, j'ai pu faire le gros de ce que je voulais faire et nous avons ratrappé le retard dans nos laboratoires de Systèmes Embarqués Temps Réel. Encore mieux, les profs ont réussi à faire marcher le système d'exploitation eCos sur la plateforme, et nous avons lâché un peu le hardware bas niveau pour faire du vrai C. Il est même possible d'utiliser les APIs POSIX sur cette plateforme, et il y a des chances qu'on décide d'aller dans cette direction.
En soirée, je suis allé chez l'anniversaire d'une amie à Genève. Il y avait trop de nourriture, même pour moi ;) Nous avons regardé des dessins animés russes de sa jeunesse, un peu un Tom & Jerry version communiste, avec un loup et un lièvre. J'ai bien ri.

Thursday, December 9, 2004

Retraite à Munich

Ce weekend, j'étais à Munich pour la retraite européenne sur le leadership de l'église.

Le transport était sympa (2 x 5-6 heures de voiture avec un frère) et le contenu également.

Vendredi, Lausanne, 13h30, départ pour Munich. Il faudra traverser la Suisse au complet, faire un crochet par l'Autriche, pour entrer en Allemagne et se rendre à Munich. Pour le trajet: quelques carottes, biscuits, bouteilles de gatorades, et des sandwichs pris dans une station service sur la route.
Après peu de temps, nous avions franchi le röstigraben, et j'étais perdu dans un monde qui parlait allemand. Quand c'était le temps de demander de l'aide pour se rendre, je ne faisais que dire "dankeschön" après que la personne nous avait aidé.
Vendredi, Munich, 20h30, nous sommes arrivés en retard, nous nous étions un peu perdu dans Munich. Néanmoins, nous étions juste à temps pour la prèche, qui était suivie de la fin du film La Passion de Mel Gibson et d'un Repas du Seigneur bien inspirant.
Après un bon moment de communion fraternelle, je me suis retrouvé avec deux frères parisiens et parlions avec un frère de Boston qui est psychologue de formation. Après moult autres rencontres, je me suis rendu chez deux frères, qui m'hébergeaient. Nous étions deux qui dormaient chez eux, un danois et moi.
Samedi 9h00, le tout recommence. Nous avons passé un bon moment de communion fraternelle, et c'est les nouvelles de toutes les églises d'Europe. Le tout prend vraiment presque l'avant-midi au complet, avec près de 40 églises un peu partout.
Il y a un peu de prèche, puis nous allons aux tables pour le repas bavarois, cuisiné et servi par les frères et soeurs de l'église de Munich. Ces gens-là nous ont vraiment super servis, c'était incroyable!
Voici de quoi le repas avait l'air:
t_IMG_1255.jpg
Samedi après-midi, le groupe de se divise en deux pour des présentations suivies de groupes de discussion. Je vais à la présentation de ce psychologue qui parlait de la relation avec Dieu et j'étais bien inspiré. La chose importante que je retiens c'est qu'il faut prendre le temps de se questionner sur nos motivations, laisser Dieu nous aider dans le questionnement, et nous amener à changer. Il nous faisait bien rire avec un exemple de tartes à cuire au four: 10% d'amour pour ma femme (qui me donne envie de l'aider), 90% d'ego (je suis un bon mari qui aide sa femme à cuire ses tartes). Il nous a dit aussi que Jésus était le "ink blot" universel. Vous connaissez ce test de psychologie où vous devez dire ce que vous voyez d'une tâche d'encre? Le problème, c'est que tous et chacun ont tendance à faire la même chose avec le personnage de Jésus. L'intérêt est donc de se dissocier de cette image qu'on se fait et de se concentrer sur qui est réellement Jésus.
En soirée, moment touchant de la réconcilation avec les églises du christ traditionnelles de Munich. Je suis content de voir que tous les acteurs font preuve d'humilité et que les vieilles divisions se font guérir. Ce qui est mieux, c'est que tous en bénéficient, d'une église comme de l'autre. La nôtre est connue pour son zèle et sa mise en pratique, et les églises traditionnelles sont connues pour une théologie très solide (croyez moi, un pasteur de 70-80 connaît mieux la bible que moi ;) ), beaucoup de vécu et beaucoup d'expérience.
Par après, c'était la soirée des célibataires pour moi. Nous sommes allés dans un marché de Noël (et j'ai goûté le glüwein: vin chaud avec des fruits... ça se boit comme du petit lait), puis au Kebab, puis à un bar, nommé Roxy.
Le marché de Noël:
t_IMG_1256.jpg
Je me suis commandé une bière. Mais, il faut comprendre, c'est une bière allemande: 1/2 litre de pure bière bien solide et tapante. Je ne l'ai pas finie.
t_IMG_1264_edit.jpg
J'ai passé la soirée avec un frère belge et trois soeurs (deux munichoises et une milanoise).
En revenant, le frère avec qui j'étais voulait que je lui refile des lien pour la recherche d'emploi en Suisse et au Canada, ce que j'ai fait avec plaisir. J'ai placoté un peu, puis nous avons prié ensemble.
Dimanche matin, 9h30, redémarrage de la journée. Nous avons eu une présentation sur la coordination pan-européenne, les outils, la stratégie, etc. En gros, la stratégie est "soyez humbles et allez chercher de l'aide quand vous en avez de besoin", accompagné d'un plan d'action du genre "voici les outils qu'on vous donne pour être bien en contact l'un avec l'autre" (ce qui facilite aller chercher de l'aide ;) ). On nous a parlé de persécutions médiatiques (du genre: cet homme est le leader d'une secte pouvant amener n'importe qui à commettre un meurtre) en scandinavie, et j'étais un peu surpris. Un peu inspiré aussi. Si les frères et soeurs là-bas reçoivent ce genre de traitement, c'est qu'ils doivent vraiment amener beaucoup de lumière dans ce monde qui tient aux ténèbres.
Vers 14h00, c'était la photo, et nous sommes repartis un peu plus tard. J'aurais pu prendre le train et rester plus longtemps (et visiter un peu), mais j'avais plus envie de partager ce moment de communion fraternelle dans la voiture avec mon frère. Ce moment m'a fait le plus de bien, émotionellement et spirituellement.
Vers 20h00, j'étais déja de retour à Lausanne. C'est à peine quelques jours, mais quelques jours qui m'ont aidé à voir plus grand.
Je suis heureux d'avoir pu vivre cette expérience. J'en garderai des souvenirs.

Wednesday, December 1, 2004

Et les montres Suisses?

Et oui... je me donne le droit de rêver un peu. Entre Tissot, Swatch et Charriol, il y a de quoi rêver d'avoir quelques milliers de dollars en trop ;)

Aussi, je vous parle de mon weekend, etc.

Donc, j'ai commandé les catalogues de Swatch et Tissot, que je regarde. En effet, j'aimerais bien ramener une authentique montre Suisse ;)
Un des frères m'a parlé de la vente annuelle de Charriol, le 11 décembre, et je vais aller faire un tour, juste au cas où leur "bas de gamme" soit liquidé à un prix décent. Évidemment, loin de moi l'idée de m'acheter une Ulysse Nardin, Rolex, ou ce genre de montre pour sheik en manque d'inspiration pour jeter de l'argent par les fenêtres.
Ce dimanche, j'ai passé du temps avec une soeur, et au culte, nous avions la visite d'un chanteur populaire chrétien qui nous a fait quelques pièces durant le culte. C'était très différent et j'ai bien aimé. Aussi, notre pasteur a fait une très bonne prèche sur Romains 4-5, en contrastant avec Jacques. La chose essentielle à retenir: il y a différence entre les oeuvres de la loi (je dois faire ça pour être sauvé) et les oeuvres de la foi (je suis sauvé, donc j'ai envie de faire ça). Il sagit d'un problème concret que la chrétienté a toujours eu entre la foi pure et les oeuvres, et j'ai bien aimé que notre pasteur prenne le temps d'essayer de montrer cet équilibre qui existe entre les deux.
J'ai fait réparer mon écran d'ordinateur. Les portables Poséidon ont un service Gold, et Dell fait un bon boulot là-dessus! J'apelle, j'explique le problème, le technicien au bout du fil arrange le tout. Le lendemain, le technicien se pointe chez moi, remplace le tout dans les règles de l'art et voilà, le problème est réglé. J'aime ce genre de service :) À l'avenir, il y ait des chances que je paie systématiquement plus cher pour avoir cette qualité de support technique.
Sinon, je me sens béni dans mon travail académique et professionnel. On dirait que les choses avancent toutes bien quand je m'y mets :)
J'ai commencé à utiliser un petit logiciel sympa, ObjectDock, qui permet de me faire des raccourcis comme ceux du Mac. Plutôt utile pour ce que j'utilise très souvent.